Japan Forever Index du Forum Japan Forever
Forum composé de fan d'animes japonais ainsi que de culture jap.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Interview de Mangaka
Aller à la page: 1, 2  >
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet Japan Forever Index du Forum -> JapanForever -> Culture japonaise
Sujet précédent :: Sujet suivant
Auteur Message
Chaton-sama
La peluche
La peluche

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2007
Messages: 243
Sexe: Masculin
âge: 26
Signe du Zodiaque: Lion (24juil-23aoû)
鼠 Rat

MessagePosté le: Lun 26 Nov - 15:21 (2007) Sujet du message: Interview de Mangaka Répondre en citant

Interview de Tite Kubo.
Source Bleachasylum (c'est in english donc si quelqu'un est chaud pour traduire^^)

Quelques données sur Kubo sensei.
http://www.tv.com/tite-kubo/person/312974/trivia.html

Tite Kubo & Morita Masakazu (la voix d'Ichigo)
TALK OF BLEACH: Kubo Tite x Morita Masakazu Interview
How they met and their first impressions
Question: When did Kubo-sensei and Morita-san first meet?

Kubo: After recording the first ever animated version of “BLEACH”*1 where I did the role of Kon. I think that was the first time.

Morita: I had other work scheduled that day and had to leave early, so I didn’t really get to talk with him.

Question: What were the first impressions of each other?

Morita: A shy person

Kubo: A very energetic person. He’s always very excited. I don’t tend to get along very well with overly energetic people, but Morita-san was very friendly and open, which helped a lot. We got along very well once we started talking.

About “BLEACH” the animated series
Question: Kubo-sensei, do you watch the animated version?

Kubo: Of course! I get a copy of it before it’s aired, and I watch that too.

Question: Any opinions?

Kubo: I have to do everything myself for the comic, but a lot of people work together for the animated version. People interpret the script in different ways, so I’m always impressed by how it turns out and watch in awe! *laughs*

Question: Does Ichigo talk to you with Morita-san’s voice when you imagine him in your mind?

Kubo: It happens. *laughs* I’ve told Morita-san about it.

Morita: When I heard about it, I just had to look for that scene.

Kubo: It’s when the crew returns from Soul Society, when Ichigo says “Ijime?”*2 *laughs* (* Ijime = bullying)

What you want to portray
Kubo: Earlier, Morita-san was saying how “a story is born when people interact”*3. I agree with that. For me, drawing comics is not about drawing lines and faces, but about portraying the mood. So whether or not you’re working on a novel or a comic, you work to portray the mood on paper with words and drawings. Like…for example backgrounds. Backgrounds can tell you where a character is, but I don’t think it’s that important. I don’t want to draw a background if the focus is on the character. In “BLEACH”, a lot of the times when a new character appears, I leave the background white*4. I want the reader to feel the mood the character gives when they’re there. Characters make the setting real, so I keep that in mind when I work on each character.

Morita: When I read the comic, I can feel the mood, the tension (or lack of) that the drawings create, and I can really imagine hearing the dialogue. So when I put voice to the characters, it’s important that I try to recreate that mood as much as possible without any distortion.

Kubo & Morita Q&A
Question: How do you spend your days off? Kubo: I don’t get any days off.

Morita: Same here.

Kubo: If I have any spare time, I work on colouring or some other task. It’s so rare to get any time off; I don’t remember what I did the last time I had time off. I might give myself a few hours to go get a hair cut, but it’s back to work once I get back.

Question: What’s the number one thing you want to do right now?

Kubo: I’m not sure… If I think about what I want to do everyday, I think I’d go crazy! How crazy is it that I haven’t been able to do anything I want to for the past two years??

Question: Kubo-sensei, do you ever think about moving on and working on a different project?

Kubo: I try not to think about it. When I start thinking about something else, my mind shifts away to it, and if I focus too hard on it, my mind my ideas [for BLEACH] start to blur. So, if something pops up, I satisfy it with just sketch of a character or two for it, and leave it at that. I try to keep my mind focused on “BLEACH” as much as possible. I could make a lot of side-stories for “BLEACH”, but if I make a side-story for “something else”, then “BLEACH” won’t turn out the way I’d like it to so I’ve never wanted to make one.

Question: What kind of work would you like to do in the future then?

Morita: Work wise, I’d like to do some stage work. I started off acting on stage, so I’d like to go back to acting on stage and on TV….but that’s quite a ways into the future. I just don’t have the time with how things are right now.

Kubo: Designing work. I’d like to do some fashion designing*5&6. I’d have to do a lot of studying for it, but…. Maybe a few years from now, I’d like to give fashion designing and interior decorating a try.

About the poetic verses
Question: The story about Aisen*7, I liked the title!

Kubo: Thank you.

Morita: The poetry you have at the beginning of the comic books is impressive too.

Question: How long does it take you to write one?

Kubo: I have some written already. When something inspires me, I write it down, and later I pick out the ones that work for the scene I’m working on.

Morita: So you have a book full of them?

Kubo: Yes I do! I think I have about 50 written down. They could be about a character’s image, or what they’re thinking about. If I can’t find one that fits into my idea, then I think about it until I do. It’s quite tough if I can’t find anything good in my stash.

Question: Is it like that now too?

Kubo: Yeah. I have to think of some for the upcoming Character Book. I was told they’d like some [poetry] in the Character Book and Anime Book just recently, so I’m struggling to come up with something good*8.

The feel of satisfaction
Question: Kubo-sensei, when do you feel satisfaction when you’re working?

Kubo: I guess that would be when I’m able to draw out exactly what I’ve imagined. I only get 19 pages to work with every week, so I have to cut out some stuff on occasion. It rarely works out perfectly, but when it does, it feels great!

Question: Parts of your work sometime seems like a scene from a movie. Like when Hinamori goes after [Ichimaru] Gin right after Aisen’s death*9.

Kubo: That’s actually one of the scene’s that worked out as I wanted. It’s one where I was able to portray everything with the right techniques, so I’m happy to hear you say that.

Morita: It’s one of those things that you can read on without really noticing. But after you go over it again, and think about the frame size on each page or the kind of effects he’s using, you realize how well it’s drawn out.

Kubo: There’s still a lot I’d like to develop on. If I had infinite time that is. Like more about [Zaraki] Kenpachi. I’m sure I’ll be able to somewhere down the storyline.

Question: I really wonder who “Yachiru” refers too…

Kubo: I plan to bring it up. It’s a secret for now.

Morita: And the “Four Noble Houses”…?

Question: Kuchiki and Shihouin and…..Shiba?

Kubo: No, not Shiba. When they were around, it was the “Five Nobel Houses”. There are a lot of other ideas I’d like to work on, but I’ll only bring up ones that are really good… You’d only want the best right?

Morita: I’m looking forward to it! *laughs*

A message to the fans
I read every single letter that is sent to me. Your thoughts and opinions are what really keep me going. Please keep the fan letters coming! *laughs*

FOOTNOTES
*1: After Recording the First Episode
The first ever animated version of “BLEACH” was shown at the Jump Festa Anime Theater 04. It was also Kubo-sensei’s first attempt at voice acting, doing the role of Kon. How did he do?

*2: Returning from Soul Society
The dialogue by Ichigo as he and the crew run through the tunnel connecting the real world with Soul Society.

*3: Chat with Morita-san
See the animated conversation recorded for the animation book “VIBES”.

*4: The White Backgrounds
The return of Aisen after his faked death. As Kubo-sensei mentioned, the background is white with nothing drawn behind him.

*5: The Other Talent
The shirts that Ichigo wears are all designed by Kubo-sensei. They’re a popular item from the Shonen Jump store!

*6: The Lace Fairy
Ishida goes wild fixing up Kon. The birth of a fancy “Lace Fairy”!

*7: The Story about Aisen
The body of Aisen pinned against a building. The title of the story was “Like a flower on the side of a cliff”.

*8: Struggling on Poetry
On the inside of the covers of the comic books, you can find poetic verses that Kubo-sensei worked on.

*9: The Feel of Satisfaction
See Comics Book 9, Story #101


Interview de Tite Kubo paru dans le Shônen Jump américain.
SJ: What would you give Rukia as a present?

Tite Kubo: A vacation! She's been busy all year.

SJ: Is there a character that you enjoy drawing especially?

TK: I tend to prefer characters that are rough and tough. They seem more three-dimensional. I'd say someone like Kenpachi. Komamura's fun to draw, too. Behind his headgear, he's got the face of the wolf -- something you normally wouldn't think to draw.

SJ: So you like fierce characters?

TK: Yes, I like characters that aren't typical or a bit unusual. I enjoy drawing secondary characters. It's also fun drawing Mayuri.

SJ: If you could switch places with one of the characters for a day, who would it be and why?

TK: I'd switch places with Kon. He seems so carefree, and everybody loves him in one way or another.

SJ: What items from the human world does Kisuke sell in his shop?

TK: Basically lots of candy and snacks, and household items. Small things, like detergent.

SJ: Could we find copies of SJ there?

TK: You won't find SJ. Kisuke doesn't have a distribution channel. But he does buy copies from himself at a nearby convenice store. [Laughs]

SJ: Are kimono easy to draw?

TK: Initially I wasn't all that interested in a traditional Japanese look, so it was hard at the start, but I got used to it. I wanted a kimono style that was slightly different from the usual. For instance, I wanted some decoration along the edges and sleeves that fluttered a lot to make the action scenes gorgeous to watch.

SJ: Do you use models or have one of your assistants pose for you? Have you ever dressed as a Soul Reaper and posed for a drawing?

TK: I don't do such things. I know in my head pretty much what a character is going to look like, so for any action scene I'll make the character move around in my head, choosing the angle I want and drawing from there.

SJ: How can Ichigo swing a sword that looks heavier than he is? Is he secretly working out at home?

TK: Well, no. To begin with, a zanpaku-tou isn't something you'd swing with your muscles. Ichigo's zanpaku-tou comes from inside him, so he wouldn't find it heavy. If Ichigo tried to wield Renji's zanpaku-tou, Zabimaru, he'd find it heavy.

SJ: So it depends on the person?

TK: Yes. Zabimaru looks pretty heavy, too. Ichigo wouldn't be able to wield him. Renji would probably find the same thing with Ichigo's zanpaku-tou, Zangetsu.

SJ: The relationships between siblings mean a lot in Bleach. Do you have any brothers or sisters yourself?

TK: Yes, I'm the eldest of three children. I have a younger sister and a younger brother.

SJ: If you could choose a character as a sibling, who would it be?

TK: I'd choose Rangiku, I wish she were my older sister. [Laughs] Well, that's because you cna count on her when you're in trouble.

SJ: And you want to be Kon, too?

TK: Hey, I didn't mean that! [Laughs]

SJ: Could you tell us which characters you would want to see fight each other?

TK: Hmm...I'd pick Shunsui and Ukitake.

SJ: Why is that?

TK: Because they're both nitouryuu [two-handed swordmen] which would make for fantastic visuals. Also because I can't imagine a reason they would fight each other in the story. They get along so well; they have been best friends for so long. I'd want to see what I fight between them would be like. If I had to pick one that's simply impossible, then I'd choose Ichigo and (dundundun! ) Kaien. Kaien being dead, that is.

SJ: Bleach is increasingly popular in the U.S., now that the anime is airing on TV. What aspect of the anime do you want readers of the manga to enjoy the most?

TK: I think what's fun in the anime and what's fun in the manga are two different things. What's fun to see in the anime is, of course, the way things move and sound. What I recommend most is to read the manga first then watch the anime. You'll discover and enjoy how a particular scene in the manga is transformed and how the action is portrayed. Some things in the manga have evolved into something new or have been shown in a way only the anime can achieve. These are the things that I hope readers will enjoy most when watching the anime.

SJ: Do you have a message for our readers?

TK: I never imagined when writing Bleach that it would be eventually published in the U.S., so I'm really glad that American readers have taken to it and enjoyed my work. Please continue to support Bleach. I've also been told that I shouls visit America someday.

Tite Kubo à propos de certains personnages.
All translation and everything by k_shi (http://www.livejournal.com/users/k_shi/)

"Kurosaki Ichigo
When Ichigo goes to the hair dresser, people ask him about his hair color and since he hates that, he doesn't go to the hair dresser. Normally, Yuzu cuts it.

Kuchiki Rukia
Sometimes people ask me this, in book 5 they announced the semester's final exam scores and regarding Rukia's rank, out of 322 people in the 1st grade, she's 302nd. Besides Japanese, she flunked most of it.

Kon
The plushie body of his is the fake copy of the main character of the popular TV show, "Carnivor Kingdom" named "Ponkichi". It was a prize from the shooting game in the Karakura Town Festival.

Inoue Orihime
Tied with Ichigo, her face is the hardest to draw. She's going to be a very important character later on so, I want to get used to drawing her faster.

Sado Yasutora
He likes music so he rarely watches TV, but the only program he likes the "Carnivor Kingdom" that starts at 8 AM on Sundays. He likes it so much that he bought the DVDs for it.

Ishida Uryuu
The TV program he likes is Don Kanonji's "Bura-Rei". It's not mentioned in the comic, but in chapter 29, the shadow that tried to jump in before Ichigo was Uryuu.

http://i7.photobucket.com/albums/y276/tehabf/nerdishida.bmp

Urahara Kisuke
The rare candy sold only in Urahara shouten, "Space candy". From the name, it sounds like it'll have some strange taste, but inside is only a coca cola tasting candy.

Shihouin Yoruichi
Yoruichi-san cannot drink so much alcohol. She likes milk the most. When she's tired, first she starts with milk. As long as there's milk, she's in a good mood.

Zangetsu
Zangetsu was the most difficult to decide for the appearance. After nitpicking on his hair style and his clothes, the only thing that remained from the original sketch were his shades.

Shiba Ganjyu
He looks good with goggles, so every time he came out with new clothes, I put a new goggle hanging from his neck, but by the next week I forget to draw it.

Ichimaru Gin
In my opinion, I was trying to draw him all creepy since his first appearance, but for some reason he is a man who is very popular amongst women. I envy him.

Kuchiki Byakuya
Within the seireitei, there're only four major noble families including the Kuchiki family that are considered high class noble men. Besides them, the life style of the other nobles are not much different from normal city people.

Zaraki Kenpachi
Tied with Tousen Kaname, out of the BLEACH characters, he has the hardest hair style to draw. I think I'll continue to regret eternally for giving him that hair style.

Hitsugaya Toushirou
He's from the West Rukongai 1st area "Jyunrinan". He is actually friends with Jidanbou and was the one who taught him the "city rules".

Abarai Renji
All his sunglasses are from Seireitei's popular glasses store "Silver dragon fly glasses store" (megane no gin tonbo). Every time he wears it, he gets it broken, but that costs half a year worth his paycheck.

Kira Izuru
All of Seireitei's shinigami are all considered "nobles", but it also has a high, middle, and low class and Izuru is from a low class noble family. He's had a pretty tough time.

Hinamori Momo
I had a tough time trying to decide her name. The name "Hinamori Momo" was decided right before drawing the official comic. During the sketch stage, she had a totally different name.

Yamada Hanatarou
A rather pitiful Hanatarou whose birthday lies on April Fools. Every year, on his birthday a bunch of people keep tricking him the entire day."

Shônen jump
Shonen Jump: How did you get into creating manga?
Tite Kubo: The summer of my third year if high school was the first time I’d ever written a manga. I didn’t have any experience or knowledge of how to draw manga – I didn’t know you were supposed to draw rough pages first, so I just drew directly on the paper and submitted to Weekly Shonen Jump for a contest. I didn’t win, but I got a phone call from one of the editors who suggested we work together.

SJ: Which comes first, the story or the art?
TK: Of course, it’s either the pictures, or the characters – sometimes I have ideas for the characters’ appearances, or sometimes their personality. Once you get those characters set, then the story kind of moves on by itself. The key thing is that I come to love the characters, as if they re real.

SJ: If you weren’t a manga-ka, what else would you do?
TK: Industrial design, architecture – I never studied them, but I’m very interested in them.

SJ: What are Rukia’s favourite manga?
TK: She loves horror manga, shojo-orientated horror titles. She’s from the afterlife, but there’s actually nothing scary to read in the afterlife.

SJ: How involved are you in making the Bleach animated series?
TK: I’m involved with the character designs. Usually the character designs are done with manga artists just overseeing, but in my case I actually draw what all the characters should look like – I am essentially drawing all of the characters that appear in the anime. It is very rare for the artist to be involved this much.

SJ: What aould your dream cast be fore a live-action Bleach movie?
TK: If it were possible to do Bleach as a live movie, then I wouldn’t have drawn the manga. I want to draw something that can only be done as manga.

Shônen Jump



Tite Kubo et Masakazu Morita
Kubo-Sensei makes sure he watches anime every week. Morita-san, do you buy Jump every week as well?

M – Yes. Every Monday I read it at the Convenience store
K – You buy it with your own money?
M - Of course! *laughs* what, can I get one for free? I’ve been buying Jump since year 2 (7~8 years old in Japan), with my own money *laughs*

Ever since you voiced Ichigo, have you changed the way you read Jump?

M – It did change. When I read Bleach now I get really nervous. I go home, take a bath, and prepare myself to read *laugh*
K – It’s like a script *laugh*
M – It is like a script! I read before going to bed, making sure the area around me is quiet. Being a voice actor, first impressions are always important when reading a script. That’s why I make sure I’m in a quiet area so I can concentrate.

Favourite character?

M – People ask me that a lot. This also applies to real life as well but there are humans with different background stories, and when those humans interact a story is born. They present this very well in this manga so reading it is always fun. That’s why whenever someone asks me “Who is your favourite character?” I really don’t know the answer since they are all unique. But when they tell me to chose one I couldn’t think of anyone but the character I’m voicing, so I would answer Ichigo Kurosaki. Oh, and maybe Rangiku Matsumoto too
K - *laughs* Awesome. It was interesting listening to your answer. You really do read it carefully.

There is an image of Ichigo Kurosaki that is inside Sensei (Kubo) and inside Morita-san. Is there any scene you thought both your image of Ichigo was well presented?

M – I think the part where Renji and Ichigo roared out in synchro. Ichigo and Renji’s relationship is very interesting, that you can’t put it in words. They are rivals yet friends. Like if you are spelling out ‘enemy’ but you read it as ‘friends’ *laughs*. An amazing person called Kentarou Itou does this role (Renji’s voice) and because of this, that “TO MY SOUL!” speech made me think that those two (Ichigo and Renji) has unleased themselves using words. That speech was extremely hot. It was a very memorable scene as well.

(On this page there is a tiny screen cap, where Renji and Ichigo both shouted “TO MY SOUL!” and next to the screen cap it says “The scream of the soul. Episode 52, For Rukia, they have once fought against each other with their swords – Now they scream with their soul.)

M - Inside themselves they are doing ‘Gatsu-Pose’ but they would never tell anyone about it * laughs * (this means, they act tough and strong on the inside but they would never tell anyone about it). Playing Ichigo Kurosaki, there are ways I want him to say stuffs. Like if I want to put my own taste in him, or put my own thoughts about this character inside him. During the Grand Fisher arc, the part where he met Rukia in the forest, Sensei also found this scene memorable but the scene where he is mumbling out his words. In that scene there was this taste I wanted to present in his sentence
What was his sentence?
K – The part where Rukia told Ichigo that a Hollow might have killed his mum, right?
M – The part where he said “なんでもねーよ” and “残念でした” and left
K – In that scene when I first saw it on TV, I was so thrilled I actually got goose bumps. Morita-san put his own taste inside Ichigo and that made me really proud. I was very thankful and made me want to listen to it. And because of that, my image of Ichigo was different to his and made that scene really deep. I was really thrilled. That time I really thought making an anime is an awesome thing to do.
M – While reading a script an image just popped up into my mind. Even if Ichigo was just mumbling out his words I wanted to put my all into it because I wanted to show how I want to voice Ichigo Kurosaki and my image of him. I wanted to show Ichigo is a normal high school boy. The taste I wanted to show in that scene was how normal Ichigo is.
K – He did a good job
If it gave you goose bumps then that ‘image’ of Ichigo must have been powerful?
K – I guess you’re right. I’m happy with anime following the manga but what makes me even happier is making me think “Oh, so that’s how it’s shown” when watching the anime. That time, Ichigo’s attitude made me think “Oh, so that’s how Ichigo expresses himself”
M – That scene was a pretty normal scene, but that’s why it was so important and shows Ichigo’s character very well. Ichigo is pretty blunt and usually speaks few words. Even the time when he rescues Rukia, all he says is “Yo!”
K – “Saying that “Yo!” was an important bit in that scene. Ichigo was a normal high school boy who turned into a Shinigami. Him being a Shinigami isn’t that main point. So I wanted to express that in that scene. Ichigo isn’t very talkative. Even the time with Renji, all he says is “ああ” (referring to episode 32)
M – That speech really got to me. He was listening to Renji’s story you couldn’t help but cry. But he has to say something back to him so he said “ああ”. After I finished voicing that scene I was so worried if my voice turned out right that I couldn’t even watch it on air.
K – That episode was really amazing! Renji and Rukia. Watching those two was truly amazing and Morita-san’s speech “ああ” was amazing too. In that episode Orikasa-san (Rukia’s voice actor) said she got very emotional while doing that scene where Renji’s hand’s were on Rukia’s shoulder and says “ああ そうかありがとう” while letting go of his hands. I was thrilled, listening to the way she said “そうか”
M – That Rukia’s sentence “そうか” affects her relationship with Renji later in the episode so unless she puts a lot of emotions into it, it would sound plain and unimportant.
K – There are bits in the manga where I draw scene that wouldn’t get the reader’s attention too much. I always put all my effort into my manga but how each audience read my manga are different. So it’s really important to make sure they would end up all having a similar idea of my story, but then again, it’s really up to them how they read the manga, but then there are scenes where I want the audience to be touched, so it’s really hard.
M – The creators want everything to seem natural.

Where is your goal aimed at?

M - Voice actors are always living under the rules. Firstly, there is a rule called “Script” and inside the script there are lines you have to read. And there are also director’s rules. But inside those rules I want voice actors to be able to find a place where they can be free and express themselves. And when you find that space I don’t care whether it’s small or big, as long as it’s a place where they can play around then it’s okay. The director says “Instead of thinking “Oh no, what should I do?” you should try and find an route where you can escape, and when you find that route you think, “This is it!” and truly express yourself”. I want a place where I can spread my wings, and still continue working on Bleach while my wings are spread. I really think my wings can still get bigger. My wings aren’t fully opened yet. It can still spread and grow. I truly think Bleach is an enjoyable masterpiece that I would die for.
K – You must be number one fan of Bleach. Maybe you love Bleach more than me * laughs *

Any words to your fans?

M- a movie has been decided to be released. And I hope you are all able to see a new Ichigo after returning from Soul Society.

• Another question was "Any scene you found memorable?" and here's what Kubo (K) and Morita (M) said

M "グランドフィッシャー編のときの森の中だルキアと会ってしゃべるセリフ"

M said the scene in the Memories In the Rain episode, where Ichigo was talking to Rukia in the forest, and straight after than

K said "In that scene, when I first saw it on tv, I was so thrilled I actually got goosebumps"


* Also in one part they were discussing how Ichigo only says few words (In Japanese his sentences are often short to show his personality)and Morita brought up an example when he rescued Rukia, that all he said was "Yo", And KT said
"Saying that "Yo!" was an important bit in that scene"

M "一護ってぶっきらぼうというか、朴訥というか。ルキアを助けるときもただ "よう!" って"

K "そこで "よう!" っていうのは重要なことなんです"
"一護って短いセリフが多いんですよ"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 26 Nov - 15:21 (2007) Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Virgile
L'admin Glandeur
L'admin Glandeur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2007
Messages: 11 090
Sexe: Masculin
Localisation: Au taf a rien foutre
Loisirs: beaucoup trop de chose...
âge: 23
Signe du Zodiaque: Sagittaire (22nov-21déc)
鼠 Rat

MessagePosté le: Lun 26 Nov - 18:25 (2007) Sujet du message: Interview de Mangaka Répondre en citant

Merci meme si j'ai le flemme de lire pour le moment.

Ca me rappele qu'il faudrait que je retrouve l'interview de Takehiki Inoue Smile
_________________
Ni le pavot, ni la mandragore, ni tous les narcotiques du monde ne te rendront jamais ce doux sommeil que tu avais hier...


Revenir en haut
MSN
Chaton-sama
La peluche
La peluche

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2007
Messages: 243
Sexe: Masculin
âge: 26
Signe du Zodiaque: Lion (24juil-23aoû)
鼠 Rat

MessagePosté le: Dim 2 Déc - 13:11 (2007) Sujet du message: Interview de Mangaka Répondre en citant

Virgile a écrit:
Merci meme si j'ai le flemme de lire pour le moment.

Ca me rappele qu'il faudrait que je retrouve l'interview de Takehiki Inoue Smile


T'as aussi la flemme de chercher Mort de Rire Moi ça m'intéresse si tu le retrouves^^


Revenir en haut
Virgile
L'admin Glandeur
L'admin Glandeur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2007
Messages: 11 090
Sexe: Masculin
Localisation: Au taf a rien foutre
Loisirs: beaucoup trop de chose...
âge: 23
Signe du Zodiaque: Sagittaire (22nov-21déc)
鼠 Rat

MessagePosté le: Dim 2 Déc - 14:07 (2007) Sujet du message: Interview de Mangaka Répondre en citant

Je rechercherais ca dans l'aprem ^^
_________________
Ni le pavot, ni la mandragore, ni tous les narcotiques du monde ne te rendront jamais ce doux sommeil que tu avais hier...


Revenir en haut
MSN
Chaton-sama
La peluche
La peluche

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2007
Messages: 243
Sexe: Masculin
âge: 26
Signe du Zodiaque: Lion (24juil-23aoû)
鼠 Rat

MessagePosté le: Dim 2 Déc - 14:09 (2007) Sujet du message: Interview de Mangaka Répondre en citant

Merci^^
C'est en anglais ou en français ?


Revenir en haut
Virgile
L'admin Glandeur
L'admin Glandeur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2007
Messages: 11 090
Sexe: Masculin
Localisation: Au taf a rien foutre
Loisirs: beaucoup trop de chose...
âge: 23
Signe du Zodiaque: Sagittaire (22nov-21déc)
鼠 Rat

MessagePosté le: Dim 2 Déc - 14:25 (2007) Sujet du message: Interview de Mangaka Répondre en citant

En francais, mais c'est pas une vidéo, juste du texte. Elle était dans un tome de Slam Dunk et il parle de Slam Dunk, Vagabond et Real ^^
_________________
Ni le pavot, ni la mandragore, ni tous les narcotiques du monde ne te rendront jamais ce doux sommeil que tu avais hier...


Revenir en haut
MSN
Virgile
L'admin Glandeur
L'admin Glandeur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2007
Messages: 11 090
Sexe: Masculin
Localisation: Au taf a rien foutre
Loisirs: beaucoup trop de chose...
âge: 23
Signe du Zodiaque: Sagittaire (22nov-21déc)
鼠 Rat

MessagePosté le: Lun 3 Déc - 22:44 (2007) Sujet du message: Interview de Mangaka Répondre en citant

Quelques Interview de Takehiko Inoue :

Cette interview est tirée du livre BD N°01.

BD : Comment êtes-vous devenu dessinateur ?

Takehiko Inoue : J'ai toujours aimé dessiner, depuis mon plus jeune âge, mais je n'ai commencé à faire des dessins qui racontent une histoire que vers 18-19 ans, lorsque je suis entré à l'université. Mon intérêt pour le dessin m'a amené à devenir mangaka sans que cela résulte d'une grande réflexion. C'était naturel pour moi. J'ai envoyé mes dessins à la rédaction du Shônen Weekly Jump (Shueisha). Je n'ai reçu aucun prix mais un des éditeurs m'a appelé et m'a demandé si je ne voulais pas lui envoyer une autre histoire. Et là, j'ai été récompensé par un prix d'encouragement. Je crois qu'en fait, c'est la troisième histoire que j'ai envoyée qui a été retenue pour le prix Tezuka des jeunes auteurs du Shônen Jump. C'est comme ça que j'ai fait mes vrais débuts.

BD : Slam Dunk est votre premier grand succès. Comment en vient-on à écrire une histoire sur un sport qui était à l'époque très peu connu au Japon ?

TI : Au lycée, j'avais fait du basket, j'aimais vraiment beaucoup ça, mais il n'y avait pas ou peu de mangas sur ce sport. J'étais persuadé qu'en racontant une histoire simple, où les phases de jeu seraient compréhensibles même par quelqu'un qui n'a jamais joué, j'arriverais à faire partager mon enthousiasme pour ce sport.

BD : C'est une longue série, 31 volumes au total, et pourtant en temps réel dans la vie des personnages, il ne s'écoule que 4 mois...

TI : Oui ! Aujourd'hui encore, les lecteurs ne manquent pas de me le faire remarquer : "Ça n'avance pas ! 15 pages pour raconter 5 secondes ?!". C'est un manga que j'ai écrit en me mettant à la place des personnages, et à partir du moment où je raconte tout un environnement, l'histoire se rallonge. C'est inévitable.

BD : Lorsque vous écriviez Slam Dunk, quelles étaient les directives données par votre éditeur ?

TI : A l'époque, le manga de basket en tant que genre n'avait pas fait ses preuves et par conséquent, il y avait un risque. Mon éditeur m'a donc conseillé de ne pas me cantonner à une histoire uniquement axée sur le basket. De cette façon, si le public n'accrochait pas au basket, on pouvait se réorienter par exemple vers une histoire d'amour ou en parlant de la vie de lycéens Furyô [ndlr : les "furyô" sont de jeunes japonais en révolte contre le système, qui se déplacent en bande et sèchent les cours.].

BD : L'histoire se termine après 31 volumes. Néanmoins, il aurait été tout à fait pensable qu'elle se prolonge encore davantage. Qu'est-ce qui vous a décidé à mettre un terme à Slam Dunk ?

TI : Ce qui m'intéressait, c'était de faire évoluer mon héros. J'avais décidé depuis longtemps que lorsqu'il atteindrait ce niveau, le bon choix serait que l'histoire s'arrête. Bien entendu, si j'avais voulu prolonger l'histoire, j'aurais pu le faire. Lorsque la question s'est posée de savoir si je faisais de Slam Dunk le manga de ma vie en continuant encore pendant 10 ou 20 ans, je me suis dit qu'il y avait aussi d'autres choses que je voulais faire. C'est pour ça que j'ai décidé d'arrêter.

BD : Pour Slam Dunk, c'était une parution hebdomadaire. C'est véritablement un dur labeur, n'est-ce pas ?

TI : Vous ne croyez pas si bien dire ! Aujourd'hui, je n'en suis plus capable (rires) : Ça ne fait aucun doute ! Le travail que je faisais à l'époque et celui que je fais maintenant n'ont pas grand-chose en commun. Comparez Slam Dunk et Vagabond, le manga que je dessine en ce moment. On se rend tout de suite compte que la densité des dessins est tout autre. Ensuite, le scénario de Slam Dunk avançait assez facilement dans mon esprit. Même en ayant qu'une semaine devant moi pour penser à l'histoire et la dessiner, il me restait encore du temps... A part peut-être pour la dernière partie, celle où se déroule le match contre Sannô qui a duré plus d'un an (rires), je n'ai pas vraiment le souvenir d'avoir été en difficulté, acculé par mes délais. Cette période de prépublication en hebdomadaire ne reste pas comme une période difficile dans ma mémoire. Enfin, aujourd'hui, il est clair que je ne peux plus tenir ce rythme ! La porte de cette histoire reste ouverte. Si un jour, j'ai envie de redessiner du Slam Dunk, je m'y remettrai tout naturellement. Cela dépend uniquement de mon envie à ce moment-là.

BD : Une fois Slam Dunk terminé, vous êtes-vous dit que vous n'accepteriez plus de travail en prépublication hedomadaire ?

TI : Oui, en effet. Mais peu de temps après, un des éditeurs du magazine hebdomadaire Morning (Kôdansha) m'a demandé si je n'accepterais pas de dessiner pour leur magazine. J'ai fait un peu la grimace mais j'ai accepté. Aujourd'hui, je vois bien que je ne peux plus soutenir cette cadence et par conséquent, Vagabond est prépublié de manière aléatoire, toutes les deux ou trois semaines. Pour Slam Dunk, j'avais encore la force de mes 20 ans mais aujourd'hui, je suis trentenaire !

BD : Vagabond est tiré d'un célèbre roman de Yoshikawa Eiji, Miyamoto Musashi [ndlr : La Pierre et le Sabre en français], or, en Europe, il y a certainement beaucoup de lecteurs qui voient dans cette série un moyen de mieux connaître l'histoire du Japon, les coutumes de l'époque, etc.

TI : Ah bon ? Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée (rires). Il y a en effet beaucoup d'inventions pour mon récit (rires) ! Au Japon, il y a beaucoup de jeunes pour qui les histoires de samouraïs ne présentent aucun intérêt. Cependant, avec Vagabond qui, avant d'être une histoire de samouraïs est celle d'un homme qui avance seul et évolue face aux épreuves, les jeunes lecteurs trouvent matière à s'intéresser. C'est en tout cas ce qui revient souvent dans le courrier qui nous est envoyé. Il arrive malgré tout qu'un lecteur me dise : "C'est grâce à votre manga que j'apprends l'histoire de mon pays". Et là, j'ai envie de répondre : "Attention ! Ce n'est pas une très bonne idée, ça..." (rires).

BD : Comment vous y prenez-vous pour faire l'adaptation en manga d'une oeuvre aussi célèbre que Miyamoto Musashi ? Quelle liberté vous accordez-vous ?

TI : Le point de départ de l'histoire est le même. Mais ensuite, il faut voir que le roman a plus de 50 ans et que, par conséquent, de mon point de vue, il y a des personnages que je ne peux pas mettre en scène. A partir de là, j'ai décidé d'apporter quelques petits changements. D'une chose à l'autre, mes personnages ont pris leur distance par rapport au roman et ont acquis une certaine autonomie. Mon histoire s'est éloignée progressivement du roman, je n'étais pas vraiment un spécialiste de cette période de l'histoire du Japon, pas plus que je ne l'étais des samouraïs et de leur mode de vie. Tout était nouveau pour moi en quelque sorte. J'ai fait quelques belles erreurs au débuts et on ne manquait pas de me le faire remarquer. Maintenant, je dois reconnaître que me tromper ne m'arrive plus vraiment. Aujourd'hui, l'histoire de Vagabond et celle de Miyamoto Musashi ont pris des directions très, très éloignées... (rires) Mais c'est un processus qui s'est fait naturellement, contre lequel je n'ai pas lutté.

BD : Les réactions des lecteurs ont-elles une influence sur la manière dont vous voulez développer l'histoire ?

TI : Très honnêtement, non. C'est justement le fait de raconter l'histoire à ma manière qui m'intéresse. Je ne cherche pas à reproduire quelque chose, à refaire ce qui existe déjà.

BD : L'autre titre sur lequel vous travaillez en ce moment, mais qui n'a pas encore été traduit en France, c'est Real (une série sur le basket en fauteuil roulant). Vous y développez des thèmes relativement sérieux, loin de ce qu'on peut lire dans Slam Dunk par exemple. Cela fait partie de votre évolution, de votre "croissance" ?

TI : Oui, c'est possible. Le ton est beaucoup plus grave. je ne peux plus écrire comme je le faisais pour Slam Dunk dans une logique de pensées nécessairement positives. Aujourd'hui, et c'est peut-être une des répercussions de Slam Dunk, j'ai envie d'aborder des thèmes plus profonds, plus sérieux.

BD : Vous dessinez Real et Vagabond en même temps, bien que Vagabond paraisse plus régulièrement. Ce doit être un travail énorme, non ?

TI : C'est surtout que ce sont deux mangas au ton très sérieux. Si l'un des deux était très humoristique et joyeux, ce serait peut-être une forme d'exutoire, mais ce n'est pas le cas (rires) ! Vagabond, c'est un peu mon challenge : c'est un manga qui doit me permettre de me dépasser, de repousser mes limites en progressant. Pour Real, c'est différent, je crois que j'ai plus de recul, plus de souplesse dans ma vision. Quand je dessine Vagabond, je suis complètement pris par mon histoire, j'y entre totalement. L'image la plus simple que j'utilise souvent c'est qu'avec Vagabond, je nage dans une mer de boue... C'est lourd à porter, je n'avance pas et je ne vois pas le bout de la route (rires) !! Enfin, heureusement, de temps en temps, j'arrive à relever la tête. Avec Real, je me sens comme tiré par un petit engin à moteur et tout paraît plus facile.

BD : Vous vous intéressez aux éditions étrangères de vos mangas ?

TI : Oui, beaucoup. J'y apporte une grande attention. Un de mes objectifs serait d'arriver à faire que les mangas sortent en même temps ou presque au Japon et dans les pays où ils sont traduits et édités. Mais c'est très difficilement réalisable parce que cela nécessite de fournir les planches encore plus en avance !

BD : Est-ce qu'on peut dire que vous êtes un perfectionniste, au sens propre du terme ?

TI : [hésitant] Non, je ne crois pas. Même si beaucoup me voient comme ça (rires) ! Autant que possible, je délègue ce que je peux déléguer, et reconnaissons-le : je ne peaufine pas tous mes dessins jusqu'à avoir le sentiment qu'ils sont parfaits.

BD : Combien d'assistants avez-vous actuellement ?

TI : Cinq.

BD : Avoir des assistants, pour des dessinateurs français ou belges, cela paraît impensable...

TI : Oui, je m'en doute. Il faut voir que la production japonaise est énorme et que, sans assistant, on ne peut pas tenir le rythme. C'est une des difficultés des mangakas : travailler avec des assistants, arriver à leur faire comprendre ce qu'on attend d'eux, le type de dessins qu'on aimerait...

BD : Pour terminer, quelques mots sur le futur d'Inoue Takehiko. Vous êtes d'ores et déjà entré dans l'Histoire du manga japonais mais comment concevez-vous l'avenir, de quelle manière vous imaginez-vous avancer ?

TI : "Entré dans l'Histoire du manga" (éclat de rires)... Je ne sais pas... La première des choses, c'est Vagabond : je peux amener cette histoire à son terme tout en continuant à progresser, mûrir en tant que mangaka. Lorsque la fin du manga arrivera, j'ai envie de pouvoir me dire que j'ai avancé. Au-delà de ça, je n'ai aucune visions précise. Je me dirai peut-être encore que ça suffit et que je peux arrêter le manga (rires) !

BD : Vous envisageriez de faire quelque chose qui soit complètement différent des mangas ? De la peinture par exemple...

TI : Ah, c'est très juste ! Ce n'est pas pour tout de suite, mais, un jour, j'aimerais pouvoir me consacrer uniquement au dessin. Faires des dessins, occuper mes journées de cette façon, peut importe s'ils ne se vendent pas. Mais j'ai encore le temps, je garde ça pour mes vieux jours !

Propos receuillis et traduits par Thibaud Desbief




Cette interview d'origine italienne est tirée des volumes 14 à 16 du manga Slam Dunk.
L'interview se situe à Tokyo, au siège de I.T. Planning, dans un bâtiment ultra-moderne de trois étages (achevé depuis juillet 1998) où se trouvent le bureau et l'habitation du créateur de Slam Dunk.
Inoue Takehiko nous reçoit en compagnie de sa femme et de son agent. D'allure juvénile, il est immédiatement très cordial. Simple, spontané, il nous tranquillise. Toutes nos appréhensions d'avant l'interview s'évanouissent rapidement. Sitôt l'agréable entretien terminé, il nous fait parcourir les grandes pièces du bâtiment où, malgré l'heure tardive, nous apercevons des personnes en plein travail. Nous passons entre les assistants et puis nous arrivons au coeur de la société : le bureau de Takehiko Inoue.
Sur la table de dessin, il y a quelques pages du story-board d'un épisode de Vagabond, son travail le plus récent. Les murs sont tapissés d'étagères bourrées de livres et de recueils de photos en tous genres, des mangas réalisés par des collègues et des amis. Partout, on voit des casquettes, des maillots, des chaussures et des ballons de basket vraisemblablement signés par de célèbres joueurs américains.
Sa charmante et très sympathique épouse Miyuki nous invite finalement à dîner avec eux et nous offre une soirée exceptionnelle au cours de laquelle nous évoquerons les sujets les plus variés. Pendant tout le temps passé ensemble et malgré l'incroyable succès qu'on lui connaît, l'auteur nous a donné l'impression d'être resté le même jeune homme qu'avant.

Manga Artist : Pour commencer, pourriez-vous nous dire quand vous êtes né et si votre nom est un pseudonyme ?

Takehiko Inoue : Je suis né le 12 janvier 1967. J'ai trente ans... (il rit) Je me présente ! Le nom que j'utilise est mon vrai nom.

M.A. : Pouvez-vous nous raconter comment votre carrière a débuté ?

TI : Donc... J'ai remporté un prix lors du concours Tezukashyoh, dédié à Osamu Tesuka et organisé par Shueisha. L'histoire a ensuite été publiée par une revue.

M.A. : Vous nous la racontez ?

TI : Il s'agissait d'une histoire de basket comme Slam Dunk dont le héros est un lycéen. Dans Slam Dunk, il y a un personnage appelé Kaede Rukawa... le héros de cette histoire s'appelait ainsi, mais il était un peu différent. C'était vraiment ma première histoire.

M.A. : Quel était le titre ?

TI : Kaede Purple.

M.A. : Purple ?

TI : Oui, violet.

M.A. : Après cela, vous vous êtes lancé dans Slam Dunk ?

TI : Pas vraiment. Quand cette histoire a été publiée, je vivais encore dans l'île de Kyushu. Ensuite, je suis allé à Tokyo où j'ai travaillé un certain temps comme assistant.

M.A. : Pour qui ?

TI : Pour Tsukasa Hojo qui, à cette époque, travaillait sur City Hunter.

M.A. : Pendant combien de temps ?

TI : Attendez... moins d'un an... Environ dix mois.

M.A. : Vous n'avez plus travaillé en tant qu'assistant par la suite ?

TI : Non.

M.A. : Actuellement, il est assez habituel de collaborer à la réalisation de BD avant de devenir professionnel. Ça a été votre cas ?

TI : Non, ça n'est jamais arrivé.

M.A. : On peut donc dire que vous avez appris à dessiner seul ?

TI : Oui, j'ai plus au moins appris seul. Surtout en ce qui concerne l'anatomie humaine. Par contre, les fonds, les techniques de dessin comme l'utilisation de l'encre blanche, les trames... c'est Hojo qui me les a enseignés.

M.A. : Qu'est-ce que vous avez retenu de ces dix mois d'assistanat ?

TI : Je me souviens surtout des erreurs. Je provoquais des problèmes...

M.A. : Vous pouvez nous raconter une anecdote ?

TI : Ce dont je me souviendrai toujours, c'est du jour où je suis arrivé chez lui. Ne sortant jamais de Kyushu et apprenant seul à faire de la BD en consultant parfois un manuel, je n'avais jamais vu une véritable planche à dessin. Ce jour-là, j'ai, pour la première fois, touché la table d'un dessinateur professionnel... Les indications étaient dessinées en bleu et je devais m'occuper d'un vêtement. Il y avait des lignes longitudinales qui indiquaient ce que je devais faire pour ce type de travail. Au lieu de cela, j'ai dessiné avec beaucoup de soin, à la plume, des petits traits. J'ai même suivi les plis du vêtements !

M.A. : Hojo n'a pas dû être très content !

TI : Non (il rit). Il m'a dit d'arrêter car tout était trop apparent.

M.A. : Avez-vous appris quelque chose de Tsukasa Hojo ou son style était-il trop différent du vôtre ?

TI : Vous savez, il me semble que son style de dessin a au fond quelque chose de semblable au mien. De toute façon, je pense avoir appris de lui ce qui est essentiel pour la création des personnages : comment concevoir leurs principales caractéristiques.

M.A. : C'est vous qui êtes allé trouver personnellement Hojo ou est-ce arrivé par hasard ?

TI : Mon directeur littéraire de l'époque m'avait conseillé d'aller travailler chez Hojo car il organisait très bien son travail et je pouvais en tirer des leçons.

M.A. : Si on parlait de Slam Dunk ? Comment est née cette histoire ? Vous jouiez au basket ?

TI : J'ai commencé à jouer au basket au lycée et c'est à cette époque que j'ai voulu devenir dessinateur. Je pensais à des histoires en jouant au basket. Vous voyez, avant mes débuts, j'avais déjà l'intention de faire une histoire comme Slam Dunk.

M.A. : En tant que basketteur, à quel niveau êtes-vous arrivé ?

TI : (il rit) Si ceci est le minimum et ceci le maximum (il indique deux points imaginaires) moi, j'étais là (il indique un point très proche du minimum).

M.A. : Après le lycée vous avez abandonné le basket ?

TI : A l'université, j'ai joué dans un club de passionnés. Mais je ne l'ai pratiqué sérieusement qu'au lycée.

M.A. : Vous jouez encore ?

TI : Oui. Quand j'ai du temps libre.

M.A. : On peut donc dire que l'histoire de Slam Dunk est autobiographique ?

TI : Ce serait fantastique si c'était le cas (il rit). A vrai dire, nous étions très peu nombreux. Participer à l'Inter-High (le championnat national des écoles supérieures) était notre rêve absolu. Au fond, j'ai réalisé dans les BD le monde auquel je rêvais.

M.A. : Le lycée Shohoku existe vraiment ?

TI : Non, je l'ai inventé.

M.A. : Certains personnages sont-ils réels ? Vous, qui êtes-vous par exemple ?

TI : Mmm... J'ai mis un peu de moi-même dans tous les personnages. Mais je l'ai fait inconsciemment.

M.A. : Quel est votre personnage préféré ?

TI : Peut-être le héros Hanamichi Sakuragi... Oui, c'est mon préféré.

M.A. : En travaillant avec les responsables d'édition sur Slam Dunk, jusqu'à quel point vous êtes-vous senti libre ? Vous ont-ils limité d'une quelconque manière que ce soit ?

TI : Disons que j'ai fait 98% du travail comme je le voulais.

M.A. : Dès le début, vous avez été libre de travailler de cette manière ?

TI : Non. En fait, ces 2% appartiennent à l'époque où je n'ai pas pu travailler comme je le voulais.

M.A. : Donc, au début, c'était plutôt difficile de réaliser l'histoire que vous aviez en tête ?

TI : Etant donné que je travaillais pour Shonen Jump, si je n'avais pas réalisé une histoire commerciale, ils auraient tout arrêté (il rit). La priorité absolue était que les ventes soient bonnes. C'était donc mon objectif. Etant donné que le basket n'était pas très populaire à cette époque, ils m'ont dit qu'une histoire uniquement centrée sur le basket n'aurait aucun succès. J'ai donc inséré des épisodes sentimentaux et de l'action, comme les rixes entre lycéens. pour en faire une comédie scolaire. En procédant ainsi, je me disais que je pourrais changer la trame de l'histoire en la transformant en une histoire d'amour ou une histoire d'action si cela s'avérait nécessaire par la suite.

M.A. : En lisant Slam Dunk, je me suis rendu compte d'un changement : à un certain moment, l'histoire tourne essentiellement autour du basket.

TI : (il rit) On le remarque ? Au début, je crois avoir bien fait de suivre les conseils des responsables d'édition car, quand je ne me suis plus occupé que de basket, certains lecteurs n'ont pas suivi.

M.A. : Je ne crois pas que vous ayez perdu des lecteurs. Au contraire, j'ai l'impression que le nombre de lecteurs de Slam Dunk n'a fait que croître.

TI : Oui, c'est peut-être vrai. Il reste le fait que les trois derniers volumes sont essentiellement consacrés au basket.

M.A. : Si, dès le début, vous aviez été libre de toute contrainte, quel genre d'histoire auriez-vous réalisé ?

TI : Mmm... Je pense que, de toute façon, j'aurais raconté une histoire de basket. Le fait est qu'au début, étant donné que j'avais réalisé des histoires qui ne fonctionnaient absolument pas, je tendais à être plutôt modeste (il rit).

M.A. : Les histoires que vous avez réalisées avant Slam Dunk ont été publiées ?

TI : Oui. Même si les ventes ont été médiocres.

M.A. : Vous avez dit qu'elles n'ont eu aucun succès au Japon. Avez-vous l'intention de les publier en Europe ?

TI : Il n'en est absolument pas question. Je n'avais vraiment aucune expérience à l'époque. Ce n'est pas un travail intéressant.

M.A. : Parlez-nous de votre passion pour le basket. Quelle est votre équipe préférée ?

TI : Les Lakers... Les Los Angeles Lakers.

M.A. : Vous suivez les matchs d'autres pays ?

TI : Je regarde les championnats internationaux. Mais j'ai peu l'occasion de suivre les championnats nationaux.

M.A. : Vous êtes-vous basé sur votre expérience personnelle pour dessiner les scènes des matchs de Slam Dunk ou vous êtes-vous inspiré des matchs professionnels ?

TI : J'ai utilisé les matchs professionnels. J'en ai vu un nombre infini !

M.A. : Vous avez dit que lorsque vous avez commencé Slam Dunk, le basket n'était pas très populaire. Pensez-vous que votre histoire a eu de l'influence sur ce sport ?

TI : Sur le basket... ? Je pense que cela n'a eu aucune influence sur le monde du basket professionnel au Japon, mais j'ai entendu dire que, dans les écoles, le nombre de jeunes gens qui jouent au basket a augmenté.

M.A. : Je voulais dire que, comme "Captain Tsubasa" a contribué au développement du football et à la création d'une ligue professionnelle, Slam Dunk pourrait faire de même pour le basket...

TI : A vrai dire, j'espère que cela se passera ainsi. Peut-être lorsque les jeunes qui lisent Slam Dunk auront vingt ans.

M.A. : Recevez-vous des lettres de jeunes qui ont commencé à jouer au basket après avoir lu Slam Dunk ?

TI : J'en reçois quelques-unes. Du Japon, mais aussi d'autres pays d'Asie.

M.A. : Cela vous ferait-il plaisir de lire les lettres de vos lecteurs européens ?

TI : Evidemment ! A propos : hier justement, j'ai lu la lettre d'une jeune Italienne que la rédaction de Shueisha avait reçue.

M.A. : Elle était écrite en italien ?

TI : En anglais.

M.A. : Chez Planet, parfois, les lecteurs nous demandent comment envoyer les lettres à leurs auteurs préférés.

TI : C'est vrai ? J'aimerais bien les lire.

M.A. : Je vous les enverrai. Evidemment, les lecteurs les plus jeunes n'écrivent qu'en italien. Ceux qui connaissent l'anglais pourraient peut-être vous écrire. Vous comprenez l'anglais ?

TI : Oui... Plus ou moins.

M.A. : Alors, nous dirons aux lecteurs que si elles sont écrites en anglais, les lettres vous parviendront...

TI : Bien. Ce sera un bon exercice (il rit). Je voudrais vraiment les lire. Les lettres de lecteurs m'encouragent.

M.A. : Quel est le portrait robot d'un de vos lecteurs types ?

TI : Je n'en ai aucune idée. Et vous ?

M.A. : Je ne sais pas. Quoi qu'il en soit, aujourd'hui Slam Dunk est le manga japonais le plus vendu en Italie.

TI : Vraiment ?

M.A. : Je vous l'assure. Il est donc difficile pour nous de dire quel est le lecteur type. En plus, les titres à grand tirage comme Slam Dunk sont très rares. On peut donc dire que la majorité des passionnés de mangas japonais sont concernés par Slam Dunk...

TI : Cela veut donc dire qu'il existe un public pour les mangas japonais ?

M.A. : Oui. Et je dirai que 70% de ces passionnés achètent Slam Dunk...

TI : Cela me fait plaisir.

M.A. : Slam Dunk a été publié dans un hebdomadaire au Japon. Comment organisiez-vous votre travail sur une semaine pour réaliser les planches ?

TI : Au début, je dessinais très rapidement. Cela se voit peut-être un peu lorsqu'on observe les dessins. Je mettais deux jours pour le story-board et trois jours pour les dessins.

M.A. : Il vous restait donc un peu de temps ?

TI : Oui. Je l'employais à réaliser les planches couleurs et le reste du travail. Je fréquentais aussi les thermes (il rit). Par la suite, j'ai consacré plus de temps au dessin. Je prenais deux jours pour le story-board et cinq pour les dessins.

M.A. : Vous parveniez toujours à respecter les délais ?

TI : Oui. Je n'ai jamais été en retard. Mais il m'est arrivé de ne pas être prêt dans les délais hypothétiques (il rit). Vous voyez ce que je veux dire ?

M.A. : Pas vraiment...

TI : Les délais fixés par Shueisha sont différents des délais réels.

M.A. : Les délais sont anticipés ?

TI : En effet. Mais comme je le savais, c'était absolument inutile d'utiliser ce procédé avec moi.

M.A. : Le rythme de votre travail, deux jours pour le story-board et cinq pour le dessin, vous est-il propre ou bien pensez-vous que le dessin est plus important que le story-board ?

TI : Non, mais dessiner prend tout simplement plus de temps. Et puis parfois, je mettais trois jours pour le story-board.

M.A. : Qu'est-ce qui est le plus important pour vous : le dessin pour le story-board ?

TI : De toute façon, il est essentiel que le story-board soit bien fait. Il est également préférable que le dessin soit lui aussi bien fait.

M.A. : Combien d'assistants aviez-vous ?

TI : J'en avais quatre.

M.A. : Quelle était leur tâche ?

TI : Pour résumer : je dessinais les personnages et ils dessinaient les décors.

M.A. : Vous avez toujours eu les mêmes assistants ?

TI : Non. Pour Slam Dunk, certains ont été remplacés en cours de travail.

M.A. : Pour engager les assistants, vous leur faisiez passer un examen ?

TI : J'aurais peut-être dû le faire (il rit). Après les avoir engagés, il m'est arrivé de me rendre compte qu'ils n'étaient pas très compétents.

M.A. : Pourriez-vous nous parler d'un autre de vos mangas sur le basket : Buzzer Beater. Comme vous le savez, il n'a pas encore été publié en Italie. Je trouve que c'est un manga très particulier...

TI : En effet. Le format des pages est inhabituel. En plus, il est entièrement en couleurs.

M.A. : Comment se fait-il que vous l'ayez réalisé ?

TI : Au début, je n'avais pas l'intention de publier cette histoire. C'était un manga conçu pour être diffusé sur Internet. Voilà pourquoi le format est si particulier.

M.A. : Pourquoi a-t-il été publié ?

TI : (il rit) Comment dire... ? Parce que la rédaction de "Shonen Jump", une revue mensuelle qui appartient à Shueisha, désirait publier cette histoire. Au début, étant donné que je ne l'avais pas réalisée pour la publier, j'ai refusé. J'ai fini par accepter car mon premier directeur littéraire travaillait dans cette revue et je me sentais un peu redevable à son égard (il rit).

M.A. : Vous ne l'avez pas dessinée pour qu'elle soit publiée et finalement, elle l'a été. Lorsque l'histoire est sortie, vous avez été satisfait du résultat ? Avez-vous apporté des modifications pour la publication ?

TI : Cette fois-là, j'ai accepté énormément de compromis (il rit).

M.A. : Vous avez retouché les planches avant la publication ?

TI : Non. Elles avaient été réalisées pour être vues sur Internet, par l'intermédiaire d'un ordinateur. Par conséquent, si j'avais utilisé des traits fins, les planches n'auraient pas été visibles. J'ai donc utilisé un trait épais. Ce qui fait qu'une fois publiées, cela a donné un résultat très grossier. En plus, pour Internet, je devais fournir un épisode hebdomadaire de six pages. Par contre, dans la revue, ils ont publié vingt-quatre pages à la fois, c'est-à-dire un mois de travail. Je pense que le rythme d'un épisode réalisé de cette manière n'est pas aussi bon que celui d'un épisode que je conçois dès le départ pour être réalisé en vingt-quatre pages.

M.A. : Comment vous est venue l'idée de travailler pour Internet ?

TI : C'est une personne qui s'occupait de la homepage d'une chaîne de télévision consacrée au sport qui m'a soumis le projet. L'idée de départ ne prévoyait aucune publication. On m'avait juste demandé de dessiner les scènes des parties de NBA. Pourquoi j'en ai fait un manga ? Parce que le projet a débuté en mai et pas en novembre.

M.A. : Il a été reporté ?

TI : Non, il a été anticipé. Du coup, il n'y avait encore aucun matériel sur lequel je pouvais travailler. On m'a donc demandé de concevoir un manga.

M.A. : Quelles ont été les réactions de ceux qui l'ont vu sur Internet ?

TI : Je me le demande bien : par exemple, ceux qui vivaient à l'étranger et qui ne pouvaient pas acheter les revues japonaises étaient contents. Ils étaient surtout contents de voir des mangas sur Internet. Je n'ai pas vraiment reçu d'opinions concernant l'histoire elle-même.

M.A. : C'était le premier projet de manga japonais sur Internet ?

TI : Cela a probablement été le premier manga réalisé entièrement pour Internet.

M.A. : Pensez-vous vous impliquer encore dans un projet de ce genre ?

TI : Oui, mais uniquement quand j'aurai mieux étudier la question. Je n'ai pas obtenu exactement ce que je voulais avec Buzzer Beater.

M.A. : Quatre volumes de Buzzer Beater sont déjà sortis et le dernier semble être la conclusion de l'histoire. Avez-vous l'intention d'y apporter une suite ?

TI : Non. Pour moi, elle est terminée.

M.A. : Que signifie le titre ?

TI : C'est un terme de basket. Cela signifie qu'on réalise un panier juste avant la fin de la partie ou au moment où la sonnette indiquant la fin de la partie retentit.

M.A. : J'ai une question qui me brûle les lèvres. J'ai entendu dire que vous pensiez à une deuxième série de Slam Dunk. C'est vrai ?

TI : (il rit) Je pense que c'est au programme. Mais je pense aussi que le moment n'est pas encore venu de le faire. J'attendrai jusqu'à ce que je sois prêt.

M.A. : Vous travaillez à d'autres histoires ?

TI : Oui. Une histoire à épisodes publiée par l'hebdomadaire Morning de la société Kodansha.

M.A. : Vous pourriez nous en dire quelques mots ?

TI : C'est l'histoire de Musashi Miyamoto (un célèbre samouraï du 17ème siècle. On le considère comme le guerrier japonais le plus fort. C'est le fondateur du style Kendo à deux épées. Ndlr).

M.A. : Je suis un fan de Musashi Miyamoto. J'ai lu l'édition italienne du Traité des cinq roues.

TI : J'ignorais qu'il avait été traduit.

M.A. : Il s'agit d'une biographie de Musashi Miyamoto ?

TI : Oui, plus ou moins. C'est basé sur un roman qui parle de lui. Un livre très ancien. Je ne sais plus quand il a été écrit. Il y a trente ans ? Cinquante ? Ou peut-être soixante, je l'ignore.

M.A. : C'est un univers totalement différent de celui du basket. Comment vous est venue cette idée ?

TI : Tout simplement : j'ai lu ce livre et je l'ai trouvé intéressant. En plus, avant de jouer au basket au lycée, je m'adonnais au Kendo (il rit). C'est une des raisons qui m'ont poussé à réaliser cette histoire.

M.A. : Les dessins du début de Slam Dunk sont très différents de ceux de la fin. Avez-vous consciencieusement cherché à affiner votre style ou le processus a-t-il été naturel ?

TI : C'est la simple évolution de quelqu'un qui veut bien dessiner et qui s'applique à le faire. En fait, au début je n'étais pas si bon que cela (il rit).

M.A. : Pour votre nouvelle histoire, pensez-vous modifier votre style de dessin ?

TI : Non, je n'ai pas l'intention de le changer.

M.A. : Quelle impression cela vous fait-il de savoir que vos histoires sont lues dans des pays aussi lointains que l'Italie ?

TI : Cela me fait plaisir.

M.A. : Vous n'avez jamais eu peur que les lecteurs étrangers comprennent mal vos histoires ?

TI : J'y ai pensé. Mais je crois que le noeud de l'histoire est accessible à tous. Je ne parle pas de choses si compliquées (il rit). En général, j'écris des histoires que tout le monde peut comprendre (il rit).

M.A. : Quand on voit toutes les indications que vous envoyez à Planet Manga, on se rend compte que vous êtes très attentif à votre travail.

TI : Oui. Les autres auteurs ne font pas la même chose ?

M.A. : Je vous assure que non.

TI : C'est vrai ? (il rit)

M.A. : Quand un manga est publié à l'étranger, par la force des choses, les dialogues sont légèrement différents, la qualité du lettrage n'est pas la même et l'édition est forcément différente de l'original. Voudriez-vous que les publications étrangères soient identiques à la publication originale ?

TI : Non, je ne pense pas que les traductions doivent être identiques à l'édition originale. Les originaux ne sont pas toujours les meilleurs.

M.A. : Les lecteurs italiens aiment que les éditions italiennes soient les plus proches possible de l'édition originale. Souvent ils les comparent.

TI : C'est vrai ?

M.A. : Le marché de la BD en Italie n'est pas comparable au marché japonais, mais nous essayons de travailler le mieux possible.

TI : Je comprends.

M.A. : Vous êtes déjà allé en Italie ?

TI : Jamais, mais j'aimerais visiter ce pays.

M.A. : Si on vous invitait à une foire, vous accepteriez de venir ?

TI : (il rit) Si je pouvais m'arranger avec mon programme et trouver du temps libre, je viendrais certainement. Je suis allé dans presque tous les pays où j'ai été publié, mais en ce qui concerne l'Italie... je n'y suis pas publié depuis très longtemps. De toute façon, je compte bien y aller un jour, la cuisine semble m'y inviter (il rit).

M.A. : A côté de Modène où se trouve le siège de Planet Manga, il y a Bologne, une ville célèbre pour sa gastronomie. En plus, l'équipe de basket de Bologne est championne d'Europe. Vous le saviez ?

TI : Je connais le nom de la ville. En Italie, le basket est le sport le plus populaire après le football ?

M.A. : Après le foot, les sports les plus populaires sont le ski, le volley-ball et le basket. Je crois que les jeunes d'aujourd'hui peuvent s'identifier facilement à Slam Dunk. Pour créer une histoire à succès, l'identification est-elle importante ?

TI : Bien sûr, c'est très important de pouvoir s'identifier.

M.A. : En créant Slam Dunk, vous y avez été attentif ?

TI : Attendez... Je ne sais pas. Pendant que je dessinais Slam Dunk, je pensais plus à moi-même qu'aux lecteurs (il rit). L'important c'était de m'amuser. Je pensais que si je parvenais à m'amuser, alors les autres allaient s'amuser eux aussi.

M.A. : C'était spontané en somme ?

TI : Oui, ça s'est fait d'une manière naturelle.

M.A. : Sur la dernière page de votre livre d'illustration, (Takehiko Inoue Illustration), vous avez écrit que jusqu'à aujourd'hui votre vie avait été très simple et heureuse. Vous avez écrit cela parce que vous avez réussi à créer des histoires qui vous sont venues naturellement ?

TI : Oui, je pense que oui. J'ai tout simplement raconté ce que je ressentais et cela a plu.

M.A. : Vous avez également écrit qu'à l'université vous vous cachiez pour dessiner des BD. Comment considère-t-on les auteurs de BD au Japon ?

TI : Mmmm... C'est une profession qui n'est pas vraiment appréciée (il rit).

M.A. : Qu'en pensent vos proches ?

TI : Ils n'ont pas essayé de m'en empêcher. Mais ils n'étaient pas vraiment contents. Ils m'ont laissé faire (il rit) et quand j'ai commencé à avoir du succès, ils se sont intéressés à ce que je faisais.

M.A. : Vos parents lisent-ils les revues qui vous publient ?

TI : Je crois que oui. Mais je crois qu'ils n'y comprennent pratiquement rien (il rit). Ils sont d'une autre génération.

M.A. : Vous fréquentez d'autres auteurs ?

TI : Oui, mais pas très souvent.

M.A. : Vous pouvez nous dire l'histoire que vous préférez ?

TI : Non, c'est impossible. J'en admire tellement. Je ne pourrais pas en choisir une seule.

M.A. : Alors dites-nous quelle était votre BD préférée lorsque vous étiez petit.

TI : Dokaben, une très vieille BD (de Shinji Mizushima. Ndlr). Vous connaissez ?

M.A. : Je ne crois pas. Quelle est la première BD que vous avez lue ?

TI : Je ne m'en souviens pas. La première que j'ai achetée, c'était Dokaben. Qu'est-ce que j'ai lu en premier ? Doraemon ? Je ne m'en souviens pas.

M.A. : Vous devez avoir du mal à trouver du temps libre. Lorsque vous en avez, qu'est-ce que vous faites ?

TI : Je vais dans les librairies (il rit). J'achète tous les livres que je veux. A part cela, je joue au basket et puis... ? C'est tout (il rit). Je ne fais rien de spécial.

M.A. : Vous achetez aussi des BD européennes ou américaines ?

TI : On en vend peu au Japon. Si j'en trouve, je les achète. J'achète celles qui sont bien dessinées.

M.A. : Quels sont les points positifs et négatifs liés à votre métier ?

TI : Ce qui est positif, c'est que je gagne ma vie en faisant ce qu'il me plaît. Je travaille sans me rendre compte que c'est du travail. Le négatif ? Qu'est-ce que ça pourrait bien être ? Le négatif... Je ne sais pas. Rien ne me vient à l'esprit.

M.A. : Beaucoup d'auteurs se plaignent de n'avoir pas assez de temps libre.

TI : C'est vrai, mais cela n'a pas d'importance. Je fais ce que j'aime faire.

M.A. : J'ai entendu dire que vous aviez acquis tous les droits sur votre oeuvre.

TI : C'est vrai.

M.A. : En général, les droits appartiennent aux maisons d'édition. Pourquoi avez-vous eu l'idée d'être propriétaire de l'ensemble des droits ?

TI : Parce que ce sont mes créations. C'est comme si c'était mes enfants. Si je n'étais pas propriétaire des droits, je ne pourrais pas contrôler quand et comment mes créations sont utilisées pour la réalisation de dessins animés. Je n'aurais aucun regard sur le marchandising, etc. Je ne voulais pas qu'on puisse les dénaturer.

M.A. : On a réalisé des dessins animés à partir de Slam Dunk, des jeux pour ordinateur, etc. Qu'en pensez-vous ?

TI : Quand il s'agit d'une série à succès, c'est normal qu'on en fasse des dessins animés. Je n'ai pourtant pas été très content.

M.A. : On ne les a pas encore vus en Italie. Je n'ai donc pas eu la possibilité de les voir. Pourquoi vous ont-ils déçu ?

TI : Quand vous les verrez, vous comprendrez (il rit). Les dessins sont différents. C'était inévitable. Il est impossible d'atteindre un certain niveau de dessin quand la diffusion est hebdomadaire. Ils sont complètement différents. Les personnages ne ressemblent pas aux originaux. Les mouvements de basket ne sont pas crédibles.

M.A. : Vous n'avez pas contrôlé la réalisation ?

TI : Je n'en ai pas eu la possibilité. Je pourrais le faire aujourd'hui, mais il me faudrait du temps. De toute façon, si je voulais les réaliser comme je le désire, je devrais ne les confier à personne d'autre qu'à moi, avec une perte de temps et d'argent considérable. En plus, il serait dès lors impossible de réaliser un programme hebdomadaire.

M.A. : Lorsque vous réalisez une série à épisodes, tout est prévu dès le départ ?

TI : Je ne décide que d'une chose : la façon dont l'histoire se terminera. Puis, après avoir commencé à travailler, je pense au fur et à mesure aux développements.

M.A. : Est-il différent de travailler avec la Shueisha qu'avec la Kodansha ?

TI : Non, pas vraiment. Tant pour les côtés positifs que pour les côtés négatifs.

M.A. : Vous avez dit que le message de Slam Dunk est simple et que plus ou moins tous les lecteurs l'ont compris. Existe-t-il des lecteurs qui sont devenus des admirateurs en ne vous comprenant pas ?

TI : Il y en a énormément (il rit).

M.A. : Par exemple ?

TI : Par exemple, certaines lectrices n'apprécient que les personnages masculins qui sont beaux. Et puis... Attendez... c'est peut-être tout. Je pense que les autres lecteurs ont bien compris mon message.

M.A. : Vous voulez dire que les lecteurs masculins vont ont mieux compris ?

TI : Oui, c'est comme cela.

M.A. : Il y a plus de lecteurs que de lectrices ?

TI : Je crois, oui. Mais la plus grande partie des lettres proviennent de lectrices. Ecrire est un geste féminin.

M.A. : Réussissez-vous à travailler avec toujours autant d'enthousiasme et d'entrain ou êtes-vous sujet à des baisses de rendement dans la créativité ?

TI : Pendant que je dessine, je suis plus détendu que lorsque j'élabore le story-board. Faire le story-board, c'est vraiment dur (il rit). Parfois, j'ai envie de m'enfuir. Par contre, quand je dessine, je travaille en ne pensant qu'à bien dessiner.

M.A. : Vous avez toujours très peu de temps pour réaliser un épisode. Lorsque vous voyez vos publications, cela vous arrive-t-il de vous plaindre de ne pas avoir eu assez de temps à votre disposition ?

TI : (il rit) Lorsque je me rends compte que j'ai réalisé un épisode qui se développe trop lentement, je me plains en pensant qu'il n'était pas nécessaire de le raconter d'une manière si compliquée. Je me dis que j'aurais pu le raccourcir. A l'inverse, je peux aussi me dire que j'aurais dû le développer beaucoup plus. Cela m'arrive souvent.

M.A. : Avant de montrer le story-board à la maison d'édition, vous demandez conseil à des proches, à votre femme par exemple ?

TI : Non, je ne l'ai jamais fait.

M.A. : Avez-vous jamais imaginé rencontrer un tel succès ?

TI : J'ai toujours su que le succès serait au rendez-vous. Mais j'étais incapable d'en imaginer l'ampleur. Des ventes aussi énormes étaient inimagineables. Aujourd'hui par contre, psychologiquement, vendre deux millions d'exemplaires plutôt qu'un million n'est pas très différent.

M.A. : Après un tel succès, votre vie a changé ?

TI : (il rit) Pas du tout. La seule différence, c'est qu'aujourd'hui je peux acheter autant de livres que je veux sans le moindre souci (il rit).

M.A. : Quels sont vos romanciers et réalisateurs préférés ?

TI : Attendez... Il y a Beat-Takeshi, c'est-à-dire Takeshi Kitano, le metteur en scène de Naoki. Il parle des cheminots. Il est devenu célèbre ces dernières années.

M.A. : Cet entretien sera publié en Italie. Avez-vous un message ou quelque chose de spécial à dire à vos lecteurs italiens ?

TI : Tous mes messages, je les ai mis dans mes créations, donc... Ah ! Peut-être une chose : traitez-moi bien lorsque je viendrai en Italie ! (il rit)





our célébrer l'ouverture récente d’une boutique de mangas « Kinokuniya » au Bryant Park de New York, Takehiko Inoue a élaboré une peinture murale de son manga « Vagabond ». Conçue lors d'un week-end de novembre, la peinture murale est située au deuxième étage de la boutique consacrée aux mangas, aux DVDs d’animes, aux Cds, aux artbooks et aux objets de collection.
Les médias ont organisé une réception pour célébrer l'accomplissement de la peinture murale et pour annoncer les sorties prochaines de 2008 des séries les plus connues d'Inoue aux États-Unis, et ses artbooks « Sumi » et « Water ».

Anime News Network : L’intérêt croissant, à travers l’Asie, pour le basketball est imputé en partie à vos œuvres « Slam Dunk » et « Buzzer Beater ». Que penser sur les différences qui pourraient exister avec le public américain, plus susceptible d’être familier avec le basket et de le pratiquer ?

Takehiko Inoue : En fait, alors que Slam Dunk est techniquement basé sur le basket, je ne pense pas que ce soit fondamentalement une histoire de basket. Ca aurait pu tout aussi bien parler de foot. J’ai simplement voulu faire passer les sentiments que déclenche la pratique d’un sport en général, et, espérons-le, tout le monde peut se retrouver dans cela…

ANN : D’où provient votre passion pour le basket-ball ?

TI : J’ai fait partie de l’équipe de mon lycée Durant trois années. Je n’étais pas vraiment un bon joueur. *rires*

ANN : Avez-vous progressé depuis ?

TI : Oh, absolument rien n’a changé depuis. *rires*

ANN : Vous êtes impliqué dans un nouveau système de bourse pour les jeunes talents japonais du basket-ball. Que pensez-vous de joueurs comme Yuta Tabuse, qui tentent d’avoir une chance de jouer en NBA, et des perspectives pour les joueurs japonais dans le basket américain ?

TI : J’éprouve vraiment beaucoup de respect pour Tabuse. Il ouvre un chemin que d’autres pourront emprunter, et cela lui a coûté de nombreux sacrifices. Mais ce sont ces sacrifices qui permettront à d’autres de suivre son exemple.

ANN : Vos publications périodiques comme Vagabond s’inspirent souvent du mouvement artistique sumi-e. L’histoire de Musashi et le sumi ont tout deux de profondes racines dans la tradition japonaise. Pensez-vous que les deux soient liés symboliquement ? Existe-t-il un lien entre un coup de pinceau et celui d’une épée, par exemple ?

TI : Je… n’y ai jamais vraiment réfléchi. Voyons voir... Je ne suis pas vraiment mordu d’histoire, donc je ne peux pas répondre. Euh… Quand j’étais plus jeune, j’ai fait un peu de kendo. Ça vous aide ? *rires*

ANN : Parlez nous de votre livre « Sumi ».

TI : Au Japon, lorsque qu’un livre d’illustration paraît, il a d’immenses chances d’être en couleurs. Peu d’entre eux sont seulement en noir et blanc. En ce qui concerne Vagabond, il en existe déjà un en couleurs, nommé « Water », mais je voulais m’exprimer en noir et blanc.

ANN : Qu’est-ce qui rend le noir et blanc si important dans Vagabond ?

TI : Eh bien, un manga est par définition en noir et blanc. *rires* De même, utiliser le pinceau et l’encre me permet de faire passer les sensations, ou l’atmosphère de cette période historique. Je suis en mesure de montrer la saleté et l’aspect graisseux. Les vêtements sales, les cheveux sales … Tout cela est similaire à l’atmosphère d’un film de Akira Kurosawa.

ANN : Vous avez récemment travaillé sur votre premier jeu vidéo, vous
occupant du Chara Design pour « Lost Odyssey », un jeu pour Xbox 360 qui sortira prochainement. Pouvez-vous nous en parler un peu ?

TI : Je ne suis pas vraiment un gamer moi-même, alors, pour être honnête, je n’aurais jamais pensé travailler sur un jeu vidéo. Toutefois, je ne pense pas que Lost Odyssey soit un jeu dans le sens traditionnel du terme. Hironobu Sakaguchi est un de mes amis, et il m’a demandé de travailler sur le jeu. L'idée derrière cela était d'utiliser le jeu vidéo comme un moyen de dépeindre les gens. En ce sens, je considère cela comme un effort visant à élargir la vision des jeux vidéo.

ANN : Vous venez de dévoiler une peinture murale ici au magasin Kinokuniya de New York. Parlez-nous-en.

TI : Quand vous créez un manga, vous restez la plupart du temps assis à un bureau pendant longtemps, et je l’ai fait durant plusieurs années. Ceci, en revanche, c’est un grand espace ! J’ai dû venir en avion jusqu’ici pour la dessiner. C'est quelque chose de différent, et c'est rafraîchissant. Cela me donne plus de motivation. Je vais utiliser cette motivation pour mes prochains travaux, quels qu’ils soient.

_________________
Ni le pavot, ni la mandragore, ni tous les narcotiques du monde ne te rendront jamais ce doux sommeil que tu avais hier...


Revenir en haut
MSN
Chaton-sama
La peluche
La peluche

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2007
Messages: 243
Sexe: Masculin
âge: 26
Signe du Zodiaque: Lion (24juil-23aoû)
鼠 Rat

MessagePosté le: Dim 9 Déc - 00:59 (2007) Sujet du message: Interview de Mangaka Répondre en citant

Ah merci bien.Je lirai ça un de ces 4^^ ou après.

Revenir en haut
Virgile
L'admin Glandeur
L'admin Glandeur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2007
Messages: 11 090
Sexe: Masculin
Localisation: Au taf a rien foutre
Loisirs: beaucoup trop de chose...
âge: 23
Signe du Zodiaque: Sagittaire (22nov-21déc)
鼠 Rat

MessagePosté le: Dim 9 Déc - 01:16 (2007) Sujet du message: Interview de Mangaka Répondre en citant

J'étais les recherché rien que pour toi en plus, alors t as interet a lire Twisted Evil

Mais c'est vrai que c'est long ^^
_________________
Ni le pavot, ni la mandragore, ni tous les narcotiques du monde ne te rendront jamais ce doux sommeil que tu avais hier...


Revenir en haut
MSN
picoadel
Andouille Masquée

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2008
Messages: 20
Sexe: Masculin
Loisirs: manga dessine origami
âge: 20
Signe du Zodiaque: Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Ven 23 Mai - 21:37 (2008) Sujet du message: Interview de Mangaka Répondre en citant

je suis nuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuul en anglais Sad
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Darki-Sensei
-->Modo de Niveau Supérieur Aka Sex Machine <--

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2007
Messages: 12 632
Sexe: Masculin
Localisation: France..
Loisirs: Mangas,Sport,Filles,Graphisme
âge: 4 Ans
Signe du Zodiaque: Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Dim 25 Mai - 15:38 (2008) Sujet du message: Interview de Mangaka Répondre en citant

T'es pas le seul Mort de Rire 
_________________

JC Duss @ vendredi 06 juin 2008 à 12:50 a écrit:

Moi j'ai souvent envie de défoncer tout les mecs qui mettent le portable a fond dans les bus et R.E.R. Surtout pour se taper du Kamelancien ou du Rohff tout le trajet.

Mais je le fais jamais parceque je suis qu'une petite fiote.


Revenir en haut
AIM MSN
Chaton-sama
La peluche
La peluche

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2007
Messages: 243
Sexe: Masculin
âge: 26
Signe du Zodiaque: Lion (24juil-23aoû)
鼠 Rat

MessagePosté le: Mer 11 Juin - 14:06 (2008) Sujet du message: Interview de Mangaka Répondre en citant

Pour celles et ceux qui aiment Bleach, voici une interview très intéressante.
Rain @ BleachAsylum a écrit:


SJ: You're obviously into music. Do you listen to different kinds when you're thinking up the story and drawing it?
TK:I never know when a story idea will come to me or what I'll be doing when it happens. I don't listen to music when im writing. if i listen to music, i start tof ocus on listening, so i dont do that. but i do listen to music when i draw.

SJ: Do you like any type of music in particular?
TK: I listen to rock. Its my favorite

SJ: What music do you recomend reading bleach to?
TK: It would depend on the scene. Ideally, you'd listen to the music that I imagined for it. that said, every scene would have music to go with it, so it could get hard to explain *kubo laughs*

SJ: Should readers listen to background music when they're reading the managa? Or should they skip the music and focus on reading?
TK: I think either is fine. Ive listed the theme music for each character in the manga volumes. if you listen to that while you read scenes with the characters in them, they'd probably go together well

SJ: How how often do you get away from your studio? And what do you do in your spare time?
TK: I go out enalry everyday. Ive moved closer ot the center of Tokyo, where there are lots of places to eat and plenty of staore, too. I spend my tiem either eating or shopping

SJ: What do you eat when its crunch time
TK: I don't really eat when im busy *kubo laughs* But i do eat tiny chocolates. i lvoe chocolate. Itadakimasu* (SJ gave kubo a chocolate)

SJ: do you have a favorite food or drink
TK: I wonder what that would be. These days, its fuit

SJ: What kind of fruit?
TK: What dio you call mikan in America

SJ: They're called Mandarin oranges
TK: I wan't used to eating fruit, but i got a new editor whos been bringing me some fuit to cheer me up. they're rich in vitamins. Ah, so thoughtful...! *kubo laughs*

SJ: Do you have an ending in mind for bleach? How much of the story is written in advance? And do you ever change your mind about what will happen?

KT: I still haven't decided how the series will end. As for how far ahead I write, that all depends. Occasionally, when I get ideas for new scenes, I try to link them by imagining the most interesting route. I dont know where the scens will go, because the ideas dont arrive in order. Things tend to be all over th place. I might think of a scene that belongs much much later int he story, and to get there I must draw a lot of other things first. If theres a scene I definitely want to draw, that doesn't change, but how I get there might.


Revenir en haut
Chaton-sama
La peluche
La peluche

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2007
Messages: 243
Sexe: Masculin
âge: 26
Signe du Zodiaque: Lion (24juil-23aoû)
鼠 Rat

MessagePosté le: Mer 25 Jan - 23:59 (2012) Sujet du message: Interview de Mangaka Répondre en citant

Ca me fait penser que j'ai toujours pas lu l'interview d'Inoue. Désolé Virgile. Mort de Rire

Revenir en haut
Mytsuko
Platypus courroucé

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juin 2007
Messages: 6 707
Sexe: Féminin
âge: 19
Signe du Zodiaque: Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Jeu 26 Jan - 14:47 (2012) Sujet du message: Interview de Mangaka Répondre en citant

Mort de Rire c'est ce que j'allais te demander. ca fait quoi, 5 ans?
_________________


Revenir en haut
Chaton-sama
La peluche
La peluche

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2007
Messages: 243
Sexe: Masculin
âge: 26
Signe du Zodiaque: Lion (24juil-23aoû)
鼠 Rat

MessagePosté le: Sam 28 Jan - 21:34 (2012) Sujet du message: Interview de Mangaka Répondre en citant

Mieux vaut tard que jamais. Mort de Rire

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:47 (2016) Sujet du message: Interview de Mangaka

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet Japan Forever Index du Forum -> JapanForever -> Culture japonaise Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2


Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Created by Perfect Games Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com